Chargement du lecteur...

Les manifestations poétiques de Nadia

Gilets jaunes ou pas, grèves ou jour de pluie, Nadia danse. Une minute par jour. Cela dure depuis le 7 janvier 2015, jour de l'attentat contre Charlie Hebdo. Ce sont ses manifestations poétiques à elle. Seule ou avec des inconnus, Nadia investit l' espace avec ses performances. A sa manière, elle infuse un peu d'insolite et de grâce dans un quotidien souvent chargé.

1 novembre 2018 Mise à jour le 12 décembre 2018 à 15:12 par TV5MONDE

Extraits :

"La danse, c'est une présence, comme un témoin. Sans prendre parti des choses. J'ai eu envie de m'associer. Je suis en dessous des événements, j'essaie de glisser sous les choses. Ce qui fait que je reçois différentes informations. J'arrive à entrer en contact comme ça, sous le tonus des événements. J'avais besoin de continuer à manifester.. manifester mais pas de façon frontale, en levant le poing, manifester par le sensible, manifester pour une façon d'être ensemble différente. Donc oui, je manifeste, c'est ma petite manif' quotidienne et aussi je manifeste en actes, c'est à dire je le fais vraiment.. pour une poésie vivante, pour qu'on puisse vivre des interstices de sensibilités partagées, de rêves partagés, d'imaginaire. Non pas dans des espaces dédiés mais au sein de la vie elle-même.."

"Quand les gens dansent avec moi, c'est un cadeau. Je les invite. Ils sont complètement libres de partir, de rester, de danser ou pas mais quand ça se joint à la danse, j'ai l'impression que j'ai fait mon job."

"C'est la poésie au quotidien. Pas forcément une poésie qui serait sublimée ou hors du monde mais dans les choses elle-même, dans la matière elle-même et c'est une forme de liberté que je me donne et que j'espère donner aux autres. C'est une invitation, une liberté, ou à une façon d'être ensemble, différente de l'habitude."

Une vidéo TV5MONDE pour Culture Prime