BÉNABAR
Musique

BÉNABAR

Nom de naissance
Bruno Nicolini
Né le
16/06/1969
à
Thiais (Val-de-Marne)
Genre musical
Chanson française
Début de carrière
1995
Nationalité
France

Biographie

Bruno Nicolini, alias Bénabar, est né le 16 juin 1969 à Thiais, dans la banlieue parisienne. Élevé par une mère libraire et un père régisseur de cinéma, Bruno côtoie le milieu artistique dès son plus jeune âge. Fasciné par la magie du cirque, et plus particulièrement par les clowns, ses parents lui offrent une trompette le jour de ses huit ans.

En 1988, le bac économique en poche et de retour d’un séjour de six mois aux Etats-Unis, Bruno décide de se lancer dans une carrière cinématographique. Passionné par l’écriture, il réalise son premier court-métrage en 1989, il n’a alors que 20 ans. Cependant, ce n’est que trois ans plus tard, en 1992, que sa carrière de scénariste va prendre son envol : sa troisième œuvre « José Jeannette » reçoit le prix Georges de Beauregard et le Prix Spécial du Jury au festival de Montréal.

En plus de son amour pour le cinéma, Bruno s’intéresse à la télévision (il écrira notamment des scénarios pour la série « H », diffusée sur Canal +) et à la musique. C’est le coup de foudre.

À 25 ans, Bruno troque son stylo et sa caméra contre un ordinateur et un piano et rencontre Vincent Schaeffer, Stéphane Benveniste, Pascal Vignon et Denis Gare. Le groupe Bénabar & Associés vient de naître. Le premier album paraît en 1997. « La P’tite Monnaie » remporte un certain succès, dû, notamment, à une tournée marathon de près de 300 dates.

Fort de cette expérience, Bénabar décide de se remettre au travail et de s’impliquer davantage dans la production de ses nouveaux titres. Ses rencontres avec Florent Silve (contrebassiste) et Alain Buisson (guitariste), la signature d’un contrat d’édition chez Universal Music Publishing et le soutien de Garance Productions, lui ouvrent de nouveaux horizons et lui permettent d’enregistrer « Bénabar » en 2000.

Ce deuxième album, signé chez Zomba Records, paraît l’année suivante et connaît un succès immédiat. Henri Salvador, qui prépare sa tournée, demande à Bénabar de le suivre pour effectuer les premières parties de ses concerts ; les titres « Bon anniversaire » puis « Y’a une fille qu’habite chez moi », caracolent en tête des ventes et l’artiste se produit pour la première fois sur la scène mythique de l’Olympia.

2003 restera l’année de la consécration pour Bénabar. Alors que les ventes de son album lui permettent d’obtenir son premier disque d’or, il se retrouve nommé aux Victoires de la Musique dans les catégories « artiste révélation de l’année » et « artiste révélation scène de l’année ». Dans la foulée, Bénabar écrit et compose l'opus « Les risques du métier ». Mélangeant cynisme, mélancolie et autodérision, ce recueil de 12 titres inquiète, réjouit et dérange.

En 2005, après trois mois de travail intense, Bénabar et sa fidèle équipe publie l'album “Reprise des négociations“. Douze nouvelles “chansons-françaises-de-qualité“, teintées de cuivre façon enterrement à La Nouvelle-Orléans, tourneries caféinées manière Blues Brothers et “dégelées de cordes“. Des chansons drôlatiques, émouvantes, rageuses. Des histoires qui ont commencé avant cet album-ci : “Le Dîner“ est le nouvel épisode de la saga entamée avec “Y'a une fille qui habite chez moi“ ; “La Berceuse“ précède “Le Vélo“ ; dans “Le Méchant James Bond“ on croit voir un “Monsieur René“ saisit par la révolte... Au final, tout cela cogne et caresse.

Bénabar poursuit l’évolution amorcée avec un nouvel album. Nouvelles chroniques de l’humain contemporain - ses beautés, ses bêtises, sa solitude. Nouvelles chansons pleines de surprises où l’on voit le chanteur se mettre en danger, se remettre en question. Ce nouvel album “Infréquentable“ a de quoi réjouir !

5 décembre 2011 : on avait quitté Bénabar "Infréquentable", on le retrouve aujourd'hui avec "Les bénéfices du doute".

Bénabar revient en 2014 avec "Inspiré de faits réels", un album qui comme les précédents parle du quotidien, un album de chansons conçu comme un recueil de nouvelles à feuilleter. 

2018 : Un nouvel album de Bénabar ? Pour quoi faire ? 20 ans. 20 ans de carrière. Bruno sait qu’il doit prendre un peu de recul sur – non pas son métier de chanteur – mais sur l’essence de ce dernier. Bruno doit réinventer Bénabar.v Artisan dans l’âme, il va prendre son temps, travailler, peaufiner, revenir sans cesse sur le ton, les mots, le propos, se demandant inlassablement, en bon scénariste, où placer la caméra afin de mieux servir l’histoire.v Juillet 2017, alignement de planètes. La rencontre, c’est Mark Daumail, âme du groupe Cocoon dont le dernier album Welcome Home et quelques productions réalisées auprès de son ami Stephan Eicher tournaient en boucle dans la maison Nicolini. Deux hommes a priori pas destinés à se rencontrer, deux univers musicaux théoriquement éloignés : deux tons, deux styles, deux langues. En un dîner, l’affaire était entendue. Beaucoup plus folk, avec cette pointe électro et le son si reconnaissable de Mark, les chansons de Bruno vont trouver un écrin nouveau et une incroyable liberté. Dans Le Début de la suite, il est question d’avenir, de positivité, il est aussi question d’aller de l’avant. Sans oublier l’incroyable marque de fabrique Bénabar faite de tendresse, d’acuité, d’autodérision et d’humour. Et l’alchimie fonctionne : Mark et Bruno ont créé des chansons intemporelles. Dans ce Début de la suite, vous allez sourire, danser, réfléchir et peut-être même pleurer. Le Bénabar bordelais 2018 est un grand cru.


Texte réactualisé le 29 mai 2018

Discographie

1997 : La p’tite monnaie
2001 : Bénabar
2003 : Les risques du métier
2005 : Reprise des négociations
2008 : Infréquentable
2011 : Les bénéfices du doute
2014 : Inspiré de faits réels
2018 : Le début de la suite