Cerrone
Musique

Cerrone

Né le
24/05/1952
à
Vitry-sur Seine (France)
Genre musical
Disco
Début de carrière
1969
Nationalité
France

Biographie

Celui qui fut le roi du disco, dans les années 70, est, aujourd’hui, une figure incontournable de la musique électronique française.
Élevé dans une banlieue parisienne, Cerrone découvre très tôt son goût pour la musique et pratique assidûment la batterie. À 16 ans, il informe son père de son désir de se consacrer entièrement à la musique. Celui-ci refuse catégoriquement cette idée et inscrit son fils dans une école de coiffure. Cerrone obtient son diplôme de coiffure mais refuse de s’enfermer dans une petite vie rangée.
À dix-huit ans, il s’enfuit de chez ses parents et vit ses premières heures de galères dans la rue. Au fil de rencontres, il devient directeur artistique des villages du Club Méditerranée et fonde son premier groupe de musique “ Les Kongas “. Lors d’un court séjour à St-Tropez, il est remarqué par Eddy Barclay qui lui propose d’enregistrer un premier album. Cerrone est alors le Leader de son groupe et met en avant sa batterie. En 1975, il quitte le groupe pour composer ses propres morceaux. A cette époque, il enregistre un titre de 16 minutes qu’il proposera aux plus grandes maisons de disques. Malgré sa force de persuasion, Cerrone ne parviendra pas à convaincre les responsables qui jugeront ce titre inécoutable.
Cerrone ne se laisse pas décourager pour autant et crée son propre label de diffusion “ Malligator “. Il fait presser quelques milliers d’exemplaires de son titre “ Love in C Minor “ qu’il écoule tant bien que mal. Par chance, l’un des exemplaires se retrouve entre les mains de Neil Bogart, le président d’un grand label américain qui produit, entre autres, Donna Summer. Emballé par le titre de Cerrone, il décide d’enregistrer une nouvelle version de “ Love in C Minor “ qui se classe, dès sa sortie, en tête des ventes de disques aux Etats-Unis.
Averti de ce succès inattendu, Cerrone se précipite aux Etats-Unis pour réclamer son dû. Persuadé du talent de ce jeune artiste, Neil Bogart lui propose de produire son album. Quelques mois plus tard, paraît le premier album solo de Cerrone qui s’arrache à plus de trois millions d’exemplaires. Dans la foulée, il sort un second opus “ Paradise “, dont sera extrait “ Supernature “, énorme tube. Cerrone est, alors, considéré comme le numéro 1 de la musique disco qui connaît ses heures de gloires dans les années 70-80. Après s’être pris au jeu de la popularité et s’être laissé glisser dans une vague d’excès, Cerrone éprouve, rapidement, le besoin de se ressourcer. Il se passionne pour le bouddhisme et s’écarte, pour un moment, de la scène.
En 1988, Jack Lang, alors ministre de la culture, contacte Cerrone et lui propose de créer un opéra rock à l’occasion des festivités du bicentenaire de la révolution. Le succès de ce spectacle, représenté sur la place du Trocadéro, ouvre de nouvelles portes à Cerrone qui se reconvertit dans l’organisation d’événements : il participe à la création d’un show pour le lancement d’un satellite japonais, crée une comédie musicale représentée dix mois à Broadway et organise la cérémonie du passage à l’an 2000 pour Hollywood.
Au même moment, en France, le public branché découvre ou redécouvre les titres de Cerrone. Encensé par les Daft Punk, qui ne tarissent pas d’éloges à son sujet, et repris par le groupe Modjo, Cerrone prend conscience de sa popularité et profite de cette nouvelle vague pour réenregistrer ses anciens. Avec son ami Bob Sinclar, il entame, ainsi, une fructueuse collaboration et offre une version électronique très remarquée de “ Give Me love “ et de “ Supernature “.
Récemment, Cerrone a même remixé les plus grands tubes de la grande diva Dalida réunis sur une compilation “ Dalida By Cerrone“.

Discographie

1976 : Love In C Minor
1977 : Supernature
1978 : The Golden Touch
1979 : Angelina
1982 : IX
1996 : Paradise
2001 : Cerrone By Bob Sinclar
2001 : Compilation Dalida By Cerrone
2001 : Cerrone by Bob Sinclar
2002 : Hysteria