EDDY MITCHELL
Musique

EDDY MITCHELL

Nom de naissance
Claude Moine
Né le
03/07/1942
à
Paris
Genre musical
Variétés
Début de carrière
1956
Nationalité
France

Biographie

Claude Moine, alias Eddy Mitchell, naît le 3 juillet 1942, à Paris. Cadet de trois enfants, il vit une enfance modeste, en région parisienne. Son père, employé à la RATP, transmet à son jeune fils sa passion pour le cinéma et le goût des Westerns. À 14 ans, un certificat d’études en poche, il est employé dans une banque mais rêve déjà d’une carrière artistique.
En 1956, il monte son premier groupe et se produit régulièrement au Golf Drouot. Repérés par le directeur artistique des disques Barclay, ils décrochent un contrat. En 1961, Les chaussettes noires publient « Daniela », premier extrait d’un album écoulé à deux millions d’exemplaires.

Malgré cet étourdissant succès, Eddy Mitchell quitte le groupe pour se consacrer à une carrière solo. En 1962, il signe son premier disque « Mais reviens moi », suivi de deux albums enregistrés à Londres « Eddy In London » et « Panorama ». Dans la foulée, il publie, en 1964, l’opus « Toute la ville en parle, Eddy est en ville », dont il a composé l’essentiel des textes.
L’année suivante, il découvre et se passionne pour le Rythm ‘n Blues. Très inspiré, il réalise l’album « Du Rock’n Roll au Rythm’n Blues » ; loin des ritournelles et des airs « Yéyé », Eddy Mitchell se forge une solide réputation de Rockeur sage et tranquille. En 1966, il publie « Seul », un nouvel opus enregistré, une nouvelle fois, à Londres.

Suivant un rythme effréné, il s’envole pour les Etats-Unis et signe l’album « De Londres à Memphis ». De retour à Paris, il se produit quinze jours à l’Olympia de Paris devant un parterre enthousiaste. De 1968 à 1974, il publie, sans trêve, six albums aux succès plus mitigés. À la même époque, la maison de disques Barclay réédite les plus grands succès des « Chaussettes noires » et incite l’artiste à reformer le groupe. Fidèle à ses convictions, Eddy Mitchell refuse cette offre et s’envole pour Nashville, sa ville de prédilection, pour composer un nouvel album Rock. En 1975, les opus « Rocking In Nashville » et « Made In USA » rencontrent un succès fulgurant dans l’hexagone. Eddy Mitchell s’impose comme l’une des plus grandes vedettes du Rock’n Roll français. Ses prochains albums « Sur la route de Memphis » et « La dernière séance », enregistrés à Nashville, rencontreront des succès similaires.

Au début des années 80, « Monsieur Eddy », comme on le surnomme, fête ses vingt ans de carrière. Pour l’occasion, il publie « Happy Birthday », écoulé à 500 000 exemplaires. Sur cet opus figure « Couleur menthe à l’eau », l’un de ses plus grands succès,
En 1982, après quelques mois de repos bien mérité, Eddy Mitchell fait son retour à la télévision. Cet amoureux du septième art produit et présente « La dernière séance », une émission consacrée au cinéma. S’il en parle divinement, Eddy Mitchell est également un excellent acteur. Sa prestation dans le « Coup de torchon » de Bertrand Tavernier lui offre de nouvelles perspectives artistiques.

Fidèle à la chanson, Eddy Mitchell fait son retour sur scène, en 1982, avec l’album « Le cimetière des éléphants ». La même année, il tourne dans plusieurs longs-métrages « Attention une femme peut en cacher une autre » de Lautner et « À mort l’arbitre » de Jean Pierre Mocky.
Après ces incartades cinématographiques, Eddy Mitchell rentre en studio, en 1984, pour préparer « Racines », un album intimiste, fruit d’une grande maturité artistique.

En 1986, il publie « Eddy Paris Mitchell », sur lequel figure « Vieille canaille » interprété avec le légendaire Serge Gainsbourg. Dérouté par un style différent, le public boude cet opus.
De retour à Nashville, il réalise un nouvel album éponyme dont seront extraits les titres phares « La peau d’une autre » et « M’man ».
Artiste au grand coeur, il rejoint ses amis Johnny Hallyday, Michel Sardou, Jean-Jacques Goldman et Véronique Sanson pour participer à la grande tournée de soutien aux « Restos du cœur », association créée à l’initiative de Coluche.

Au début des années 90, l’artiste, insatiable, reste toujours très productif. En 1993, il signe les albums « Rio Grande » et « Mr Eddy », enregistrés, comme à son habitude, à Nashville.
En 1996, sa prestation dans la comédie d’Etienne Chatiliez « Le bonheur est dans le pré » lui vaut un César. Il reçoit également l’Oscar de la Sacem, qui récompense l’ensemble de son œuvre.
En 1999, il enregistre « Les nouvelles aventures d’Eddy » et se produit cinq soirs sur l’une des plus grandes scènes parisiennes, Bercy.

En 2003, au terme de quarante ans de carrière, notre rockeur national signe l'album baptisé « Frenchy ».

Son album “Jambalaya“ est aux couleurs de la Louisiane. Henri Salvador, Art Mengo signent quelques morceaux de choix. A ne pas manquer, le duo avec Johnny Hallyday sur le titre «On veut des légendes ».

L'éternel “lonesome cowboy Mitchell“, qui a su enchaîner albums et tournées sans jamais perdre son esprit rock revient, fin 2009, en format “Grand écran“.

Mais en 2010, Eddy Mitchell souhaite se retirer et annonce sa dernière tournée : quatorze Olympia à guichet fermé avant une cinquantaine de représentations en régions via Bruxelles et Genève et un dernier retour à Paris en avril 2011 pour cinq concerts, au Palais des Sports.

C'est le 21 février 2011 qu'Eddy Mitchell, âgé de 68 ans, a annoncé sur le plateau d'une émission de radio les dates de ses trois derniers concerts. L'artiste se produira à l'Olympia les 3, 4 et 5 septembre 2011.

Eddy Mitchell fera ses adieux le 05 septembre et chantera, pour l'occasion, au profit des "Puits du désert", une association qui aide à alimenter en eau le nord du Niger. « Je n'aime pas beaucoup mettre mon personnage en avant pour des causes, mais là je trouve que c'est une cause qui est très très noble et très belle » Eddy Mitchell.


Novembre 2017 : Eddy Mitchell est de retour. A 75 ans, et après la tournée des Vieilles Canailles avec Johnny et Dutronc, l'artiste a eu envie d'être à nouveau bien entouré sur son dernier album. En effet, "La même tribu", prend la forme d'un disque de duos, et son casting cinq étoiles est impressionnant ! Au programme : Johnny Hallyday, Laurent Voulzy, Pascal Obispo, Alain Souchon, Julien Clerc, Renaud, Christophe ou Calogero. Mais ce n'est pas tout ! « Cela a été très long, mais très agréable. Nous avons enregistré entre janvier et fin juillet 24 duos, quelques-uns à Los Angeles, la plupart à Paris. Nous avons assez de matière pour deux albums, en fait. La deuxième partie de "La même tribu" sortira l’an prochain. On y entendra mes vieux amis, mais aussi des artistes que l’artiste à découvert récemment et qu’il apprécie.

Texte réactualisé le 11 décembre 2017

Crédit photo : Yann Orban

Discographie

1962 : Mais reviens-moi
1963 : Eddy In London
1964 : Panorama
1964 : Toute la ville en parle, Eddy est en ville
1965 : Du Rock’n Roll au Rythm’n Blues
1966 : Seul
1967 : De Londres à Memphis
1968 : Sept colts pour Schmoll
1969 : Mitchellville
1970 : Rock’n Roll
1971 : Zig Zag
1972 : Dieu bénisse le Rock’n Roll
1973 : Ketchup électrique
1974 : Rocking In Nashville
1975 : Live à l’Olympia
1975 : Made In USA
1976 : Sur la route de Memphis
1977 : La dernière séance
1978 : Après minuit
1979 : C’est bien fait
1980 : Happy Birthday
1982 : Live à l’Olympia
1982 : Le cimetière des éléphants
1984 : Racines
1984 : Live au Palais des Sports
1986 : Eddy Paris Mitchell
1987 : Nashville
1989 : Ici Londres
1993 : Rio Grande
1996 : Mr Eddy
1999 : Les nouvelles aventures d’Eddy Mitchell
2003 : Frenchy
2006 : Jambalaya
2009 : Grand écran
2010 : Come Back
2010 : Ma dernière séance (live)
2012 : Héros
2014 : Big band
2016 : Big Band Palais des sports (live)
2017 : La même tribu