Jean-Louis Aubert
Musique

Jean-Louis Aubert

Né le
12/04/1955
Genre musical
Rock français
Nationalité
France

Biographie

Jean-Louis Aubert naît le 12 avril 1955, à Nantua. Fils d’un sous-préfet, élevé par le personnel de maison, il est un enfant solitaire et mélancolique.

Adolescent indiscipliné, peu enclin aux études, Jean-Louis Aubert se passionne très tôt pour la musique, son unique passion. À 17 ans, il fuit l’univers familial et quitte la France pour sillonner les routes des Etats-Unis.

De retour à Paris, il monte un groupe avec ses amis Richard Kolinka et Daniel Roux ; sous le nom Sémolina, ils publient leur premier et unique disque « Et j’y vais déjà ».

En 1976, Jean-Louis Aubert et Richard Kolinka contactent Louis Bertignac et Corinne Marienneau, deux amis musiciens, pour les accompagner le temps d’une séance de répétition. Unis par des goûts artistiques proches et une sensibilité partagée, ils composent leur premier titre « Métro, c’est trop ». La même année, le groupe donne son premier concert sur la scène du Centre américain de Paris. Devant l’énergie et le charisme de Jean-Louis Aubert, le public s’enthousiasme. C’est alors le début de l’aventure Téléphone, groupe culte des années 80.

En 1986, après dix années de collaboration, chacun des membres aspire à une carrière en solo. Jean-Louis Aubert, le premier, publie « Juste une illusion », réalisé avec la complicité de son acolyte Richard Kolinka. En 1987, ils publient leur premier album « Plâtre et ciment », sous le pseudonyme Aubert’n’ko. Malgré la volonté de se dissocier de Téléphone, Jean-Louis Aubert peine encore à trouver son propre style. Deux ans plus tard, il publie « Bleu, Blanc, Vert », un album plus intime qui dévoile une nouvelle facette de sa personnalité.

En 1996, il signe deux superbes textes « Le Jour se lève encore » et « Vivant poème » pour la grande interprète Barbara. Après cet interlude, il publie, en 1997, un nouvel album solo baptisé « Stockholm ». Le succès est mitigé mais c’est à guichet fermé qu’il se produira sur la scène de l’Olympia de Paris en décembre.

Après quelques années d’absence, Jean-Louis Aubert publie, en 2001, l’album « Commun accord », grand succès commercial de l’année. Il interprète également « Sur la route » en tandem avec le jeune artiste Raphaël.

Et ce retour n'a rien d'éphémère puisqu'en 2005, l'artiste revient sur le devant de la scène avec un nouvel opus: « Idéal Standard ».

Puis après le succès de son album "Roc Eclair" vendu a plus de 400 000 exemplaires et ses nombreux singles désormais devenus des classiques, Jean-Louis Aubert revient, en 2012, sur l'ensemble de sa carrière, avec un live enregistré au Palais Omnisports de Paris Bercy un an auparavant. Récompensé aux Victoires de la musique 2012 dans la catégorie "meilleure tournée", Jean-Louis Aubert raconte la belle histoire du "Roc Eclair Tour" dans son projet sobrement appelé "Live = vivant".

En 2014, paraît son nouvel album "les parages du temps", dont les paroles ont été écrites par Michel Houellebecq.


Texte réactualisé le 16 septembre 2014

Discographie

1987 : Plâtre et ciment
1989 : Bleu, Blanc, Vert
1992 : H
1997 : Stockholm
2001 : Commun accord
2003 : Sur la route
2005 : Idéal Standard
2011 : Roc'Eclair
2012 : Live = vivant
2014 : Les parages du vide