William Sheller
Musique

William Sheller

Membres du groupe
photo : © Anthony Allard / Studio Harcourt

Biographie

Fils d'une mère française et d'un père américain, William Sheller, né à Paris en 1946, passe une partie de sa prime enfance aux Etats-Unis. Elevé dans une ambiance musicale et théâtrale, il décide vers l'âge de 11 ans qu'il sera musicien. La découverte des Beatles va le marquer à jamais. En 1966, il fait partie d'un groupe de rock niçois “The Worst“ et présente ses premières oeuvres. Au printemps 1968, il compose pour les “Irrésistibles“ le tube “My Year Is A Day“.
Auteur d'une première musique de film en 1969, “Erotissimo“ de Gérard Pirès, William compose et créé “Lux aeterna“ (une messe de mariage pour des amis) associant déjà orchestre symphonique, choeurs et groupe de rock. Il collabore avec Barbara et réalise son premier album dont deux titres “Rock'n Dollars“ (500 000 exemplaires écoulés) et “Photo souvenir“ ont immédiatement les faveurs du public. Sheller ne fera ses débuts sur scène qu'après avoir enregistré son cinquième album “J'suis pas bien“.

En 1984, à la suite d'une altercation entre ses musiciens et les douaniers belges, Sheller est contraint de donner seul au piano un récital en direct de la télévision belge. C'est une révélation. Une série de concerts en piano solo sera ainsi organisée à travers toute la Belgique. William étonne et impose sa véritable dimension en se produisant avec le quator à cordes “Halvenhalf“.

En 1985, le Festival Radio-France de Montpellier lui commande une “ Suite française pour piano et orchestre“. Il laisse sa verve classique s'exprimer et créé l'album “Univers“, qui devient disque d'or en 1987. Entouré de dix-sept musiciens, William Sheller installe son univers musical entre rock et musique classique sur la scène du Rex, décorée par le dessinateur de bande-dessinées Philippe Druillet.

En 1990, il compose un album symphonique “Ailleurs“. L'année suivante, il enregistre le live “Sheller en solitaire“ qui sera consacré par deux victoires de la musique en 1992 : celle du meilleur album et celle de la meilleure chanson de l'année pour “Un homme heureux“. En 1993, il publie “Albion“ un nouvel album définitivement électrique et rock. Il reçoit une troisième victoire de la musique au titre de meilleure musique de film de l'année. De 1994 à 1998, il réalise une série de concerts à Pleyel et enregistre “Olympiades“. Tant au Festival méditerranéen qu'à la salle Pleyel à Paris, certaines de ses oeuvres sont interprétées aux côtés de celles de Ravel, Bizet, Mozart ou Stravinski. Il collabore avec Jean-Claude Casadessus et l'Orchestre national de Lille, compose “Symphonie de poche“ et “Aria Dax“. Il écrit pour Marie-Paule Belle et Nicoletta.

En 2000, sortie de l'album “Machines absurdes“. Sheller entame des concerts à l'Olympia avant une très longue tournée à travers la France, la Belgique et la Suisse.

2004 est une année bien chargée. Après l'enregistrement en janvier de son concerto pour trompette par Thierry Caens accompagné par l'Orchestre national de Lyon, il crée une symphonie en trois mouvements à la demande du Festival de musique classique de Sully sur Loire. Il écrit et enregistre également son dernier opus “Epures“.

En 2005, l’artiste entreprend une grande tournée avec 18 musiciens à travers l’Europe francophone ainsi qu’une tournée avec le quatuor Stevens. Une belle manière de fêter ses 30 ans de carrière. Cerise sur le gâteau : la parution de l’intégrale de l’artiste est prévu pour la fin de l’année.

Discographie

2008 : Avatars
2004 : Epures

Les paroles de chansons de William Sheller